Shop Mobile More Submit  Join Login
About Deviant Julien NoëlMale/Belgium Group :iconfanarts-isabelle: Fanarts-Isabelle
 
Recent Activity
Deviant for 8 Years
Needs Core Membership
Statistics 127 Deviations 372 Comments 16,567 Pageviews
×

Newest Deviations

Favourites

Watchers

Activity


Bonjour à tou-te-s, et excellente année 2016 !

Les derniers jours de 2015 ont constitué pour moi une période très chargée, qui a notamment vu la sortie de mon tout premier livre, un recueil de poèmes intitulé Contes du sabbat et autres diaboliques amuseries. Il a paru en décembre aux éditions Stellamaris, avec une préface du poète parisien Marc-Louis Questin et une illustration de couverture signée Agathe Gabrielle Delaite, une jeune artiste belge de grand talent.

Je souhaite remercier mes lecteurs de DeviantART, dont certains ont assisté aux tout premiers balbutiements de ce projet à présent abouti. Merci pour vos critiques constructives et vos encouragements.

Quelques liens, pour ceux que cela intéresse :
  • Listening to: Charlotte Eriksson
  • Reading: Théophile Gautier
  • Playing: Minecraft
  • Drinking: Coffee
Dans une volière immense dédiée au dieu Horus, l’enfant a seul le soin d’une nuée d’éperviers. Il a dix ans, son monde est cette cage, sa famille ces volucres ; il les chérit, les nomme « rubis » ou « sucre » et, de sa gorge impubère, imite leur langage. Grâce à eux il oublie les affres du noviciat.

Retentit l’appel impérieux de son maître. Docile, il tend le poing pour que s’y pose un rapace, priant son patron Harpocrate que ce ne soit son favori. Son cœur est lourd mais le prêtre s’impatiente ; ses petons nus battent le sol de marbre ; sur son épaule, la mèche de l’enfance rythme sa marche.

Le hiérogrammate qu’il sert l’attend, pressant, tenant brandie sa lame ivoirée, jadis taillée dans une canine d’hippopotame. Face à lui sont disposés un papyrus vierge, de l’encre et un calame. Trop familier du rituel, le garçon détourne des yeux que l’innocence a dès longtemps quitté.

Le menton rouge du sang de l’oiseau, ayant englouti son palpitant tout chaud, le magicien, d’une voix sourde, gonflée par le sacrifice, invoque un génie massacreur qu’il désire soumettre à son joug. Arrachant son nom au silence, l’aruspice l’inscrira en formule, lui volant ainsi sa liberté.
Le dieu solaire était à son midi ; depuis six jours déjà, il penchait sur la ville un front caniculaire. Les boutiques et les rues dès lors étaient désertées, et tout jusqu’aux crocodiles sacrés du temple de Sobek semblait abdiquer ses efforts dans la fournaise.

Dans une suite du palais royal, derrière les franges d’un rideau perlé raidi par l’air immobile, la fille du Pharaon se reposait. Elle était alanguie, nue sur son lit de bois doré, un voile de coton sur la croupe. Et les quatre pieds du meuble, sculptés en griffes de grands fauves, seuls semblaient garder sa pudeur, que trahissait, retors, le drap moulant ses courbes.

Même le flabellifère avait été congédié, si bien qu’on eut pu croire sa peau dorée à l’abri de tout regard. Pourtant, un pas léger vint se faire entendre, et deux grands yeux verts qui rasaient le sol se reflétèrent, émeraudes pâles et mobiles, sur le planché laqué. Comme s’il avait reçu un sauf-conduit de ses grands frères stylisés, le chaton de la princesse, d’un bond agile, vint s’inviter sur sa couche.

Glissant sous le tissu, aveugle soudain, le petit animal s’en dépêtra avec vigueur, dévoilant innocemment un peu plus la chair princière. Charmée par son pelage gris tacheté, elle l’avait personnellement choisi car elle savait qu’un jour, débarrassé de la turbulence impubère dans laquelle il s’empêtrait, ce compagnon l’égalerait en grâce.

Pour l’heure, après s’être frotté du dos sur le ventre de sa maîtresse, il alla se blottir contre sa gorge. Fermant ses yeux verts, il y tendit le cou pour accueillir la caresse ensommeillée d’une main baguée.
Vingt servants s’affairaient sans répit dans les jardins ombragés. Plats exquis, musiciens, processions et bons vins ; tout dans ces noces était conçu pour qu’on jalouse la noble famille qui les donnait et qui, à cet instant, s’était assemblée dans la chambre nuptiale où elle avait fait mander la prêtresse d’Hathor.

Celle-ci se présenta dans une calasiris de lin écru, et chacun de ses pas faisait s’entrechoquer les trente rangs perlés de son ménat. Elle fendit la masse des convives qui put voir le contrepoids du collier pendre libre dans sa profonde cambrure, s’y balançant moins que le paisible roseau tant sa démarche était gracile.

Au centre de la pièce, elle se départit du bijou sacré, dévoilant des seins nus dans la vallée desquels passaient les bretelles impudiques de sa robe moulante. Saisissant le pendant de bronze ainsi qu’un bola, elle entama une violente danse dont la chorégraphie faisait décrire aux perles de larges cercles autour d’elle.

Alors la foule admirative se tint en grand silence pour mieux entendre la bourdonnante bénédiction qui fertilisait la couche aussi sûrement que le limon noir du Nil réveillait les sols en été. Quant à la danseuse sacrée, concentrée sur son office, elle avait clos ses yeux peints d’antimoine pour se mieux sentir tourner.
Cinq cent sphinx gardaient l’allée, qui dardaient un millier d’yeux de pierre dans les yeux de pierre de leurs vis-à-vis. Seules surent soumettre un instant ces éternels duellistes à la trêve les deux frêles silhouettes qui remontaient l’allée à pas lents. Sitôt passée leur ombre sur le grès, d’un regard, les géants repartirent à l’assaut.

De la bataille qu’ils livraient pour les âges, nulle trace sur leurs faces sableuses. Les siècles y avaient coulé l’impassibilité, effritant le mystère jadis accroché à leurs étroites lèvres avec non moins de cruauté que le sculpteur qui modela leurs grandes ailes inertes. Infirmes mais fiers, les sphinx, hautains, n’étaient émus de rien.

Cependant les deux silhouettes s’éloignaient un peu plus à chaque pas et bientôt disparurent dans la poussière que soulevaient leurs sandales. Très loin, à l’autre bout de l’allée, seul un visage se tournait encore vers elles. Il avait suivi chaque seconde de leur marche, tandis qu’elles n’avaient été qu’ombres fugaces pour les cinq cent gardiens du lieu.

La main d’un prêtre sur l’épaule, debout droit sur les marches du temple, l’enfant avait les yeux secs. Son noviciat serait long, ses parents morts peut-être avant sa fin. D’une ferme pression du bras, on l’entraîna à l’intérieur.
Bonjour à tou-te-s, et excellente année 2016 !

Les derniers jours de 2015 ont constitué pour moi une période très chargée, qui a notamment vu la sortie de mon tout premier livre, un recueil de poèmes intitulé Contes du sabbat et autres diaboliques amuseries. Il a paru en décembre aux éditions Stellamaris, avec une préface du poète parisien Marc-Louis Questin et une illustration de couverture signée Agathe Gabrielle Delaite, une jeune artiste belge de grand talent.

Je souhaite remercier mes lecteurs de DeviantART, dont certains ont assisté aux tout premiers balbutiements de ce projet à présent abouti. Merci pour vos critiques constructives et vos encouragements.

Quelques liens, pour ceux que cela intéresse :
  • Listening to: Charlotte Eriksson
  • Reading: Théophile Gautier
  • Playing: Minecraft
  • Drinking: Coffee

deviantID

Alraghan's Profile Picture
Alraghan
Julien Noël
Belgium
Ma galerie reflète la succession de mes passions : le jeu de rôle grandeur nature d'abord, la poésie ensuite, et enfin la linogravure. Je vous laisse la découvrir.

AdCast - Ads from the Community

×

Comments


Add a Comment:
 
:iconstrooitje:
Strooitje Featured By Owner Aug 22, 2015  Hobbyist Traditional Artist
Merci pour ta :+fav:, Julien
Reply
:iconskrzynia:
Skrzynia Featured By Owner Feb 6, 2015  Professional Photographer
thanks for the :+fav: !
Reply
:icondarkira33:
DarKira33 Featured By Owner Dec 20, 2014  Hobbyist General Artist
Merci pour le favori ! :)
Reply
:iconalxperiment:
Alxperiment Featured By Owner Jun 20, 2013   Digital Artist
Bonjour ! merci pour le favori concernant "Lyn". Le fait que tu ecoutes Alice Cooper confirme que tu as bon goût ^^ Bonne continuation dans tes ecrits et si j'en crois le message ci-dessous : "bon anniversaire" :)
Reply
:iconalraghan:
Alraghan Featured By Owner Jun 24, 2013
Merci, et bonne continuation à toi aussi ! :)
Reply
:iconalxperiment:
Alxperiment Featured By Owner Jun 24, 2013   Digital Artist
merci bien ^^
Reply
Add a Comment: